Diagnostic des acteurs et territoires

Diagnostic agir collectivement dans les territoires

1. Constats à l’échelle des quartiers de Montpellier :

Une multitude d’expériences, de problématiques, de freins et d’acteurs non mis en réseau, une perte d’énergie et d’efficacité dans la mise en place des projets…

Depuis sa création en 2005, les membres de DSD ont expérimenté des projets sur des territoires de l’Hérault et en Occitanie.

L’équipe DSD a réalisé plus spécifiquement une expertise empirique à l’échelle des quartiers de Montpellier, véritable laboratoire social pour les actions expérimentales entreprises, notamment en aidant à accompagner des dynamiques de quartiers qui s’est traduit par :

  • de nombreuses rencontres avec les acteurs terrain (associations, commerçants, artisans, écoles, habitants…) sur les enjeux de la citoyenneté, l’écologie, la solidarité l’insertion, la lutte contre les discriminations, l’économie, l’urbanisme et l’habitat, etc.
  • des partenariats avec des associations de quartiers sur des recherches de synergies et complémentarités sur certains projets et événements
  • des échanges avec des élus et techniciens des pouvoirs publics autour des enjeux du vivre et du faire ensemble dans les quartiers

De ses expériences et rencontres inter-acteurs, l’équipe DSD a pu brosser un diagnostic assez explicite de la situation :

  • beaucoup d’initiatives existantes dans le développement durable (dans les écoles, les quartiers et territoires…) mais manque de visibilité pour savoir qui fait quoi, manque de valorisation des initiatives, manque de moyens pour créer des dynamiques de projets durables…
  • pour le citoyen qui a envie d’agir, difficile d’avoir une lecture claire du fonctionnement de la ville durable : beaucoup d’interlocuteurs de terrain, des services institutionnels…, avec des temps parfois long pour répondre à la problématique
  • beaucoup d’acteurs associatifs engagés pour des causes telles le social, l’environnement, l’éducation, la culture, le sport, etc. mais encore trop peu de passerelles, de synergies et de coopérations entre ses domaines
  • beaucoup d’entrepreneurs qui se lancent pour créer une association, une micro-entreprise… mais manque de soutien, de contacts, de réseaux, d’opportunités
  • pour les jeunes et personnes en insertion, il est de plus en plus difficile de trouver un emploi par les voies classiques, chacun doit trouver des alternatives vers l’employabilité

Certains territoires foisonnent d’interventions (sociologiques, sociales, artistiques, urbanistiques, etc.), les divisant en autant de secteurs et de problématiques. Ainsi, des expérimentations, pourtant intéressantes, ne parviennent pas à s’inscrire pas dans une logique de développement solidaire et durable des territoires.

2. Enjeux : Passer des logiques d’initiatives cloisonnées à des logiques de collaborations inter-acteurs

Comment passer d’une logique cloisonnée, où chaque problématique est traitée de manière spécifique, à une logique décloisonnée, agile et interactive favorisant des coopérations inédites inter-acteurs et l’implication des habitants dans les processus de projet collectif afin de répondre plus efficacement aux problématiques.

Comment favoriser des nouvelles coopérations inter-acteurs et l’implication des habitants (dans le quartier, inter-quartiers…) :

  • inventer de nouvelles coopérations inter-associatives
  • permettre aux entrepreneurs isolés ou en démarrage de trouver des nouveaux collaborateurs et 
  • créer des passerelles entre les espaces (écoles, résidences, mpt, jardins, commerces…) grâce aux numériques
  • faire émerger de nouveaux besoins (activités, métiers…)
  • impliquer le citoyen en chercheur-acteur de l’amélioration de son quartier au niveau écologique, mode de vie et consommation, de déplacement,… avec l’enjeu de recréer du lien social entre les habitants.

Diagnostic agir collectivement en milieu scolaire

Constats :

  • beaucoup d’initiatives pédagogiques orientées sur les enjeux du développement durable mais manque de valorisation de celles-ci
  • un certain nombre d’établissements ont des besoins méthodologiques et de conseils afin de mettre en place des projets EDD 
  • difficultés de pérennisation des actions engagées dans les établissements scolaires (par manque de personnel dédié, turn-over des professeurs et élèves, manque de moyens, manque de temps…)
  • certaines initiatives sont similaires dans les établissements mais aucun liens (ou très peu) ne les rapprochent ou ne les met en synergie
  • beaucoup d’intervenants à mobiliser (dans l’établissement et intervenant extérieur) : manque de coordination et de connaissance sur qui fait quoi ?
  • peu de visibilité des établissements sur le rôle et les compétences des différents acteurs environnants les scolaires (associations, rectorat, collectivités…) et dispositifs (agréments, agenda21…)

Enjeux :

  • proposer des démarches, outils et méthodes d’intervention mutualisées, favorisant plus de visibilité et des économies d’échelle
  • favoriser plus d’échanges et de synergies sur les pratiques et expériences de développement durable entre les établissements
  • rendre les élèves acteurs du changement en s’engageant pour l’écologie de manière attractive, innovante, dynamique, afin d’impliquer un maximum de jeunes à cette cause et leur permettre d’agir au quotidien tout en leur permettant de développer leur potentiel (savoir-faire, savoir-être, compétences…)

Diagnostic agir en citoyen-acteur

Constats :

  • grâce notamment à l’évolution numérique et les réseaux sociaux dans notre quotidien, les individus sont de plus en plus informés sur l’actualité, les causes et enjeux sociétaux (écologie, migrations, solidarité, économie…), et deviennent aussi des relais de l’information en publiant des articles ou vidéos…
  • la préoccupation écologique étant présente médiatiquement, institutionnellement, économiquement…., de plus en plus de citoyens